Immersion dans la philosophie de Qosqo Maki : Bijan partage son expérience


En juillet 2014, j’ai rencontré trois membres de Qosqo Maki – Ricardo, Alex et Waldir – pendant les “CATS conference” (catsconference.com) à Caux, en Suisse. Ils furent présentateurs un matin lors d’une session plénière, et c’est là que j’ai entendu parler de Qosqo Maki pour la première fois. Leur présentation était très impressionnante, et j’étais très enthousiaste à l’idée qu’une délégation du Pérou soit présente. Cette année-là, il y avait peu de participants d’autres continents, leur présence était donc importante, aussi bien que le message qu’ils avaient à délivrer sur l’approche de Qosqo Maki dans l’accompagnement des enfants et adolescents travailleurs. Après leur présentation, j’ai parlé avec Ricardo et l’ai invité, lui, Alex et Waldir à un atelier que je co-animais toute la semaine sur le « Article 15 Project » (crc15.org). Pendant l’atelier, j’ai pu en apprendre davantage sur Qosqo Maki, sa philosophie d’éducation en liberté, et comment les membres du dortoir cogéraient le dortoir, la boulangerie et la menuiserie.

 

J’ai visité AQM en août 2015 pour à peine deux semaines. Bien que ce fût très court, j’ai appris énormément de chacun, et j’espère que ce que j’ai pu partager fut également utile.

 

Au moment de ma visite, je recherchais des organisations cogérées par des jeunes et des adultes. J’avais pu lire beaucoup d’informations à propos d’associations d’enfants et adolescents travailleurs en Amérique Latine, mais aussi dans d’autres régions du monde. Beaucoup d’entre-elles opéraient de façon autonome, bien que des adultes étaient clairement présents pour les accompagner. D’autres associations avaient moins de liberté de par un contrôle des adultes plus important, mais aucune de ces structures n’étaient épargnées par les défis liés aux déséquilibres de pouvoir entre les jeunes et les adultes. J’ai visité Qosqo Maki pour voir la philosophie d’éducation en liberté en action, et pour mieux comprendre de quelle manière Qosqo Maki a été créée, son fonctionnement, et comment son expérience peut être utile pour d’autres organisations. Il existe différentes organisations avec cette même mission de créer des espaces où les jeunes peuvent prendre leurs propres décisions contribuant à leur bien-être et à celui des autres. Et tous font face au même défi : celui de pouvoir équilibrer de la meilleure façon qui soit les dynamiques de pouvoir entre les jeunes et les adultes.

 

 

Avant d’arriver au Pérou, j’étais en contact avec Indah. Une fois sur place, elle a tout organisé pour que je sois volontaire à la bibliothèque chaque soir. Lorsque j’ai visité « La Chocita », j’étais impressionné par l’espace physique. C’est un endroit polyvalent, et bien qu’il soit ouvert au public seulement en soirée, c’est un lieu accueillant. Durant mon séjour, j’ai eu la chance de voir en quoi Qosqo Maki jouait un rôle important à Cusco, non seulement pour les jeunes usagers du dortoir, mais aussi pour les enfants et adultes du quartier qui le considèrent comme un lieu de rassemblement. Gérer l’espace n’est pas chose simple, et j’étais également étonné de voir à quel point l’équipe de Qosqo Maki était dévouée. Il est clair que chacun est attentif à bien-être des autres, et bien que je fusse un étranger, je me suis senti bien accueilli. Il y avait aussi en même temps que moins un certain nombre d’autres étrangers visitant le projet ou faisant un volontariat. Je pense que c’est un autre rôle important que joue AQM, être une sorte de maison d’hôtes, celle-ci étant davantage pensée pour les besoins de la population que seulement pour les avantages économiques du tourisme. J’en suis venu à comprendre comment AQM a réussi et s’est battu pour être indépendant financièrement. Alors que beaucoup de personnes sont d’accord sur le fait qu’un des objectifs de la société est de vivre avec dignité, quel que soit l’âge ou le statut social de chacun, il y a une absence d’accord sur comment arriver à ce but. La philosophie de Qosqo Maki et ses méthodes peuvent être interprétées comme radicales ; non pas parce qu’elles sont impossibles ou qu’elles coûtent trop d’argent, mais parce qu’elles œuvrent clairement et sans complaisance à démonter les déséquilibres de pouvoir dans la société qui violent les droits de l’homme.

 

J’ai également participé à la reunion des éducateurs et divers rassemblements. J’ai également mené aurpsè des éducateurs une formation sur les outils du « Article 15 Project » que j’avais partagé une année auparavant avec Ricardo, Alex et Waldir. Un des axes de travail de cette session de formation était la question de la relation organisationnelle entre le dortoir et la bibliothèque, et de quelle façon les responsabilités pour faire fonctionner chaque espace se chevauchaient ou non.

 

En plus de partager les outils de recherche du “Article 15 Project”, une des principales raison de ma visite à AQM était d’être témoin du processus d’éducation en liberté. J’étais chanceux que les membres du dortoir m’aient autorisé à observer leurs assemblées hebdomadaires, et c’était dans cet espace où, je pense, qu’une bonne partie de la philosophie de Qosqo Maki était créée, maintenue, ou transformée. Les assemblées peuvent être chaotiques, mais parmi ce chaos il y a de l’ordre. J’étais surpris d’apprendre qu’il n’y avait pas de vote dans les assemblées, mais plutôt un accord commun pour chaque décision prise. Jusqu’à ce moment-là, je pensais que le vote était une des pratiques fondamentales de la prise de décision démocratique, mais j’ai réalisé que les jeunes et adultes au sein de l’assemblée ont créé une alternative ne dépendant pas de la popularité : à la place de cela, chacun s’accorde que toutes les décisions, même les moins importantes, sont des opportunités pour créer une cohésion de groupe. Ainsi, les opinions de chacun ne sont pas des facteurs de division entre les gens. J’ai observé et appris comment cette pratique de créer un environnement de soutien plutôt qu’un environnement polarisé, est central dans la cogestion de AQM par les jeunes et les adultes ; c’est de cette façon ils promeuvent un respect de base à la dignité humaine de chacun.

 

J’étais également super impressionné par la qualité des pâtisseries et du café à la boulangerie !

 

J’ai tellement appris pendant mon séjour à AQM; plus que ce que je ne peux décrire ici. Je suis reconnaissant envers tous les membres de l’équipe de Qosqo Maki, en particulier Indah, Isabel et Coco qui ont généreusement répondu à toutes mes questions.

 

Bijan Kimiagar