« Player Street », un exemple de cogestion entre éducateurs et usagers d’un centre social


Chams, Danil, Mélissa, Inés, Marwan, Loâne, Sefa, Youssef, Mohamed et leurs éducateurs Alexis et Anaïs, originaires de la ville de Vienne, ont décidé de monter le projet « Player Street », afin de pouvoir organiser et financer leur désir de voyage au Pérou. Présents pendant une semaine à Qosqo Maki au mois d’avril 2017, ils nous racontent leur expérience.

 

 

- Bonjour à tous, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?
Tous : Nous sommes un groupe de 9 jeunes âgés de 13 à 16 ans et de deux animateurs. On vient de Vienne, du Centre social Vallée de GERE que nous fréquentons depuis que nous avons 5-6 ans. Nous avons créé une association à partir du centre, nommée « Player Street », afin de mener nos actions d’autofinancement pour ce projet péruvien.

 

- Pourquoi ce projet d'aller au Pérou ? Comment en avez-vous eu l'initiative, comment tout a commencé ?
Tous : Nous avons décidé de partir en dehors de l’Europe (qui représente un peu le voyage classique des centres), dans un endroit un peu moins habituel, afin de rencontrer d’autres modes de vie, découvrir une nouvelle culture, un nouveau continent. De plus, nous nous sommes dit que cela serait peut-être notre unique occasion de voyager aussi loin et de découvrir le Pérou. Le choix a été également motivé par Alexis, notre éducateur, qui a déjà eu des expériences en Amérique du sud et aussi grâce au contact d’un centre social péruvien qui nous a apporté son soutien.
Le projet a tout d’abord commencé par des réunions où l’on a planifié le déroulement de nos différentes actions tout au long l’année, les idées de récolte de fonds, etc. Puis la phase suivante était de mener à bien ces actions.

 

- Quelles actions avez-vous réalisé pour récolter de l'argent ?
Tous : Plusieurs actions ont été faites afin de mener à bien notre projet :
• Emballage des cadeaux dans les magasins de sport et de jouets pendant la période de Noël.
• Les marchés de Noël, dont celui de Vienne, où l’on vendait des gâteaux, merguez, brochettes de bonbons, chocolats chauds...
• Les jours de marché, installation d’un stand de vente de nourriture dans le bar que possède la mère d’un jeune du centre social.
• Préparation de couscous, tajine et gâteaux orientaux à déguster sur place, à emporter mais aussi disponible à la livraison.
• Pour Pâques, chasse aux œufs dans le jardin de la ville de Vienne.
• Organisation d’une kermesse pour les enfants du centre de loisirs et d’une journée pour les seniors, en plus des carnavals et des fêtes de quartier.
• Soutien du maire et financement sur dossier de la part de la municipalité avec comme compensation un compte rendu du voyage sous forme de vidéo.

 

- Pourquoi avoir choisi de séjourner à Qosqo Maki ?
Tous : La ville de Cusco a été choisie pour son rayonnement historique et notre venue à Qosqo Maki s’est faite grâce à Alexis. On a appelé le consulat de France à Cusco, expliquant qui nous étions et notre projet : on nous a alors conseillé Qosqo Maki pour y passer nos nuits. Alexis est entré en contact avec Indah, directrice de l’association, afin d’échanger leurs points de vue au niveau éducatif et pédagogique et constater si nous avions ou non les mêmes orientations. Nous avons ensuite fixé les dates puis la programmation du voyage. En effet, c’était important pour nous d’avoir une association qui pouvait nous accompagner pour toutes les démarches et qui pouvait nous servir d’intermédiaire pour tout ce qui touchait à l’organisation du voyage. L’intérêt était également de pouvoir rencontrer des jeunes péruviens du même âge que ceux de notre groupe !

 

 

- Qu’avez-vous pensé de l’inauguration de la salle culturelle ?
Tous : Très enjoué et très vivant, surtout le spectacle de clowns et la troupe de cirque. De plus, nous avons pu nous sentir investis dans l’organisation de l’inauguration car nous avons participé à préparation de la nourriture (avec la pizza spéciale de Sefa, le nouveau chef cuisinier). Nous avons également animé un stand de maquillage, apporté de l’aide à la création des « ojos de dios » et banderoles décoratives, mais aussi participé au spectacle musical. Tout cela nous a permis d’échanger avec les jeunes du dortoir avant et pendant le spectacle.

 

- Qu’avez-vous préféré lors de votre séjour au Pérou ?
Chams : Aller à la Plaza de Armas, visiter les magasins et les marchés, se balader dans la ville, flâner et surtout profiter de l’ambiance régnant à Cusco.
Danil : Ce que j’ai préféré du séjour est la visite dans la communauté Amaru car c’est une communauté avec une richesse culturelle, où l’ancien et le moderne savent cohabiter ! J’ai également beaucoup aimé la nature autour de la communauté et l’étroitesse des routes, mâcher des feuilles de coca ainsi que voir des alpacas dans les champs, se promener en leur compagnie ...
Inès : Pareil que Danil, la communauté Amaru (mode de vie complètement différent, l’habillage en vêtements traditionnels) mais aussi les marchés de la ville (parce que c’est local et j’ai pu m’exercer à la négociation !)
Mélissa : Voir le Machu Picchu malgré le fait que j’ai été malade tout au long du trajet. J’ai également aimé pouvoir échanger avec les jeunes de l’association et le guide Raúl.

 

- Qu’avez-vous aimé dans les rencontres avec les usagers de Qosqo Maki ?
Mélissa : J’ai bien aimé partager l’activité piscine avec eux, les moments de jeux ou la culture et les origines n’avaient plus d’importance. Que de bons moments !
Inès : L’échange autour du ping-pong parce que j’avais un bon équipier (le fameux Waldir) et qu’on a mis la pâtée à tout le monde !
Danil : J’ai bien aimé le foot avec Waldir, Maykol et Kike et le fait d’avoir pu mélanger les équipes, même si avec les collègues du centre, on a perdu à cause de Marwan qui a marqué contre son camp !
Tous : La piscine où l’on a vraiment pu se mélanger, le fait d’avoir eu un temps où nous avons pu nous présenter, mais aussi le ping-pong où nous avons partagé un très bon moment tous ensembles !

 

- Un dernier mot pour la fin ?
Melissa : C’était super et j’aimerais maintenant avoir un enfant péruvien !). Spéciale dédicace à tous les enfants péruviens !
Inès : Un gros bisou à la petite Killa, les enfants sont trop mignons ! Les gens sont chaleureux et nous avons pu échanger entre êtres humains, sans tenir compte des différences.
Danil : La communication en espagnol est facile surtout accompagné de gestes ! Vive la communication et le Pérou !

 

Léo Thévenin

 

Site internet du Centre Social Vallée de GERE : ici