C’est la rentrée des classes!


Ni les pluies torrentielles, ni la grêle, ni le carnaval n’ont pu empêcher les jeunes de profiter de vacances extraordinaires !

 

Du lundi au samedi, nous avons espéré jusqu’à 15h pour ouvrir les portes de la bibliothèque et recevoir les jeunes qui arrivaient en courant jusqu’à Qosqo Maki pour jouer, participer aux ateliers de cirque, théâtre, travaux manuels, cuisine et commencer une correspondance avec des collégiens français apprenant l’espagnol. Parfois, alors que nous n’étions pas encore prêts à ouvrir, Grace, toujours débordante d’énergie, sonnait à la porte quelques minutes avant pour nous aider à tout préparer.Cet été, nous avons partagé, appris et vécu beaucoup d’expériences ensemble et ce, non seulement avec les enfants du quartier, mais aussi avec ceux du dortoir et les éducateurs.

 

Lors d’une après-midi effrénée, quand les jeux de société n’étaient pas suffisants, nous avons sorti la corde à sauter et les jeunes m’ont appris six chansons correspondant à six niveaux différents, avec des tours, pirouettes et sauts de plus en plus rapides, comme un défi pour pouvoir passer à l’échelon supérieur. Nous passions ensuite à la chanson suivante et ainsi commença le jeu, la diversion et le brouhaha ! Désormais, chaque après-midi, avant de commencer les autres activités, nous jouons à la corde à sauter. Parfois, de nouveau jeunes viennent et nous leur apprenons notamment ces différentes chansons et comment sauter. A voir leurs sourires chaque après-midi lorsque nous tournons la corde à sauter et chantons remplit mon âme.

 

En attendant l’arrivée de plus de jeunes pour commencer l’atelier de marionnettes, nous avons donné à ceux présents quelques fils pour faire des bracelets de macramé ; dans un premier temps, curieux, ceux-ci se sont rapprochés un par un, demandant des conseils, mélangeant les couleurs, regardant les démonstrations et nous nous sommes alors rendus compte que la table était remplie de jeunes faisant des bracelets, se racontant des histoires, rigolant et créant de nouveaux modèles. Ils ont tellement aimé l’activité que les modèles de bracelets que nous connaissions ne leur suffisaient pas, ils voulaient toujours en apprendre davantage. Désormais, ils portent fièrement sur leurs poignets les jolis modèles qu’eux-mêmes ont créés.

 

Certaines personnes disent que le début d’une nouvelle étape signifie toujours la fin d’une autre, mais ici, les choses sont différentes : nous continuerons à proposer des activités tout au long de l’année de 17h à 21h pour pouvoir recevoir plus de jeunes qui, maintenant, sont retournés à l’école.

 

La magie de l’été n’est pas finie à Qosqo Maki!

 

Ysabel Pastor